Un émissaire venu de loin

Aller en bas

Un émissaire venu de loin

Message  xehlrox le Mar 6 Nov - 8:54

Parfois, les routes elles mêmes semblent vouloir nous écarter de notre but.
Ce qui était au début un chemin pavé, solide, agréable au pas, était devenu un bourbier vaseux et humide, sans consistance.

Pour autant, les pas étaient assurés. Ils s'enfonçaient dans un épais bruit de succion, et allaient ensuite se poser deux mètres plus loin.

L'orc qui s'avançait laissait trainer derrière lui son imposante hache. Elle dessinait sur la boue un sillon profond, laissant penser qu'un Saurus trainait sa queue derrière son corps.

Cependant, tout observateur aurait constaté que les empreintes étaient bien celles d'un orc.

Ainsi, Xehlrox avait erré vers les plaines puantes où il se trouvait. Il n'avait guère de motivation particulière, mis à part son rôle d'émissaire, futil étant donnés les rapports diamétralement opposés entre son clan et celui vers lequel il marchait, mais surtout sa curiosité.

Car oui, il était curieux. Curieux de comprendre comment l'esprit de ces êtres pouvait être tant perverti et rongé par le mal, la soif de la chair tout comme de la chère. L'envie du sang et de l'alcool.
Comment mêlait-on tout ça.

Parlaient-ils? Étaient-ils empreints de codes envers les personnes étrangères?

Allait-il être poignardé lâchement dans le dos par un de ces immondes et vil malfrat qu'il n'avait que rarement croisé? Trainaient-ils des lambeaux de peaux, des haillons, des chaînes pour effrayer?

Et surtout, qu'étaient-ils au fond. Démons, êtres, ou pires.

Nul autre place pour les divagations de l'orc.

Le chemin s'arrêtait.

Les remparts étaient dressés. Des gardes en tenaient l'entrée.

Il leva au son poing, tenant sa hache en bout, pour attirer l'attention.

Puis il déposa cette dernière à ses pieds. Il était ici ambassadeur, et non guerrier. Il ne venait pas chercher l'affrontement.
avatar
xehlrox

Messages : 31

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un émissaire venu de loin

Message  La Chèvre Noire le Mer 7 Nov - 11:06

Ils sont quatre dans l'ombre de la porte, mais l'oeil exercé verra les mouvements derrière les meurtrières et entre les vieux créneaux à moitié écroulés. Combien y en a-t-il encore dans le corps de garde logé à l'intérieur de la muraille, combien encore là-haut ? Des archers et des arbalétriers, sûrement, en plus du lancier et des trois porteurs d'épée à la porte.

L'un d'eux est un jeune demi-orc à la musculature puissante, coiffé d'un heaume à crête métallique bosselé. Les cuirs cousus d'anneaux d'acier qu'il arbore sont vieux et fatigués, mais le métal luit doucement comme s'il avait été huilé la veille. Le fourreau lui aussi a connu des jours meilleurs, pourtant l'arme que sort le jeune guerrier, toute quelconque qu'elle soit, est parfaitement entretenue. Il n'y a finalement que dans le maintien un rien trop arrogant du garde, dans son sourire trop sûr de lui, qu'on sent que son éducation guerrière est encore perfectible.

- Visez-moi c'qui nous arrive les poteaux. On attendait des livraisons aujourd'hui ? J'ai pas souv'nir.

- Ta gueule Osgurd.

Le jeune guerrier grimace et tourne à demi la tête, l'oeil mauvais. Mais celui qui sort de l'ombre derrière lui lui en impose visiblement sudffisamment pour qu'il cesse son numéro du jeune mâle invulnérable et s'écarte un peu avec un grognement. La lumière oblique révèle la stature moins impressionnante d'un humain d'âge mur, la moustache couleur d'acier et les yeux assortis. Vêtu lui aussi d'un équipement usé mais en bon état, il porte deux fourreaux croisés dans le dos, où dorment deux longues lames courbes, et une autre lame à la ceinture. Chez celui-là, pas trace d'arrogance, pas un mot de trop, pas un geste inutile. Il avance de deux pas, s'approche tout en restant largement hors de portée de l'orc. Et de son regard aigu, intense, il le fixe un long moment.

- J'te connais pas, l'orc. Et comme l'a dit l'autre imbécile, on n'attend pas de visites. T'es venu faire quoi, ici ?

La voix est bourrue, méfiante. A l'évidence, on se présente rarement devant cette porte sans avoir quelque chose de désagréable ou de dangereux à faire à l'intérieur. Le garde détaille l'expression de Xehlrox autant que son armement, essayant de deviner ce qu'il vient chercher ici où si peu de gens arrivent de leur plein gré. Il jette quelques mots par dessus son épaule, sans quitter l'orc des yeux.

- File chercher le lieutenant, au trot. Et toi, Osgurd, range-moi ça.

Tandis que le jeune demi-orc rengaine en grommelant, une mince silhouette se détache des ombres et se perd dans le passage, vers l'intérieur de la forteresse. Un jeune félys, à peine sorti de l'adolescence, souple et rapide comme un courant d'air. Le vétéran plisse les paupières, le corps détendu en apparence, mais avec dans les épaules et les jambes ce maintien que les combattants connaissent et qui indique qu'il est prêt, bien plus prêt que l'autre fanfaron avec son épée au clair.

- Alors, étranger ? Qu'est-ce qui t'amène ?

Ca pourrait être pas mal de choses. Proposer un contrat. Racheter un prisonnier. Rejoindre la Compagnie. Tant qu'on ne sait pas, pas de raison de s'énerver, hein ? Surtout qu'il est seul. Dans ce paysage, les mouvements se voient de loin, et ça fait un moment qu'ils guettent son avancée, à celui-là, attendant de voir comment il va se comporter devant les portes. D'où l'impatience d'Osgurd. Les jeunes, ça ne sais pas attendre...


_________________
avatar
La Chèvre Noire
Admin

Messages : 114

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un émissaire venu de loin

Message  xehlrox le Mer 7 Nov - 11:30

Un fort bel accueil qui n'avait au final que peu tardé.
Intérieurement, l'orc souriait, il s'extasiait même de voir enfin des êtres un minimum attrayants à ses yeux.
Ainsi, ils ressemblaient à cela. Les Compaings comme ils aimaient à se nommer. Encore que seul l'homme semblait avior un tant soit peu de prestance. Xehlrox en jugea que les soldaillons n'étaient que du menu fretin, une poudre aux yeux pour éviter à quiconque l'envie de venir admirer les murailles, mais pas l'esprit de ce clan.
Et Xehlrox savait que ce n'était là que le début. Les autres ne tarderaient sans doute pas.

Je suis venu parler, deviser même, avec toi, ou ton chef, ou ton clan.
Je n'amène rien, je ne te vends rien, ne te propose rien.
En réalité, c'est moi qui suis venu chercher ici. Pas d'homme, pas d'objet, rien de tout cela. Mon but est tout autre.


L'orc avança de quelques pas. Bien qu'assuré extérieurement, Xehlrox redoutait malgré tout une flèche qui partirait un peu trop vite, ou une lance lancée un peu trop promptement.

Mais il savait aussi que la curiosité aiderait l'homme face à lui à le laisser approcher.

Maintenant que je te vois, toi, homme. Je ne te trouve pas si impressionnant que cela.
J'ai, comme toi, parcouru les terres, combattu, gagné, perdu. Mais jamais je n'ai ressenti la peur que j'ai pu lire dans les yeux de ceux qui murmurent le nom de ton clan, et qui racontent certaines sombres histoires le soir au coin du feu.

Alors, moi qui ne connais de la peur qu'un vague dessin bâclé, je cherche à comprendre ce qui peut, en toi, en ton clan, à l'intérieur de tes murailles, justifier la détresse des esprits que vous avez torturé.

Je suis venu pour comprendre ce qui justifie d'avoir peur de toi, ou des tiens.

_________________
avatar
xehlrox

Messages : 31

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un émissaire venu de loin

Message  La Chèvre Noire le Jeu 8 Nov - 10:33

Lorsque l'orc avance, l'augmentation de la tension dans les rangs des gardes est visible, presque palpable. Les dos se redressent, les visages se figent, les mains s'approchent des gardes des épées. On entend le grincement ténu des cordes des arcs et des arbalètes.

Pourtant l'homme qui semble commander l'escouade ne fait pas un geste. Et les autres, qui ont les yeux rivés alternativement sur lui et sur l'ennemi potentiel, s'abstiennent donc de lancer l'attaque. Pour l'instant. Le vétéran, toujours immobile, ne manifeste rien de plus qu'un accroissement de vigilance, perceptible par une légère crispation des paupières. Il guette le moindre geste agressif. Mais d'ores et déjà il se doute que l'orc ne fera rien de tel. Il n'est pas idiot. Il sait sûrement qu'il ne survivrait pas très longtemps à une erreur de ce genre.

Les paroles de l'étrange visiteurs défilent dans l'air silencieux, les hommes écoutent. Certains sourient, d'autres froncent les sourcils, certains échangent des regards incrédules. Le vétéran, lui, ne bouge pas.

Ce n'est qu'une fois les derniers mots tombés et quelques secondes écoulées qu'il réagit finalement. Un sourire vient lentement étirer ses lèvres, un peu de travers. Une lueur s'allume dans ses yeux. Et finalement, il rit. Un ricanement bref, chargé d'un mélange d'ironie, d'amusement et de quelque chose qui sonne clairement comme de la malveillance.

- Ah tiens... Tu voudrais connaître la frousse. Les gars, on a Greld-Sans-Peur devant not' porte.

L'éclat de rire est général. Une boutade que tous semblent comprendre, mais qui fait probablement partie de la culture de clan. Qui était ce Greld-Sans-Peur, et pourquoi les fait-il rire ? On peut essayer d'imaginer... Peut-être qu'il prétendait être incapable de craindre, de crier, ou de supplier. Peut-être qu'il affirmait que rien ne le ferait jamais pleurer ni ramper aux pieds de quiconque. Peut-être... Mais les peut-être ne mènent à rien.

L'hilarité générale se calme au bout d'un instant, et l'homme reprend la parole.

- Si t'as besoin qu'on t'informe, t'en fais pas, l'orc, on se f'ra un plaisir. Ca nous f'rait mal de laisser quelqu'un dans l'ignorance, comme qui dirait qu'on est généreux d'not' savoir.

Le regard de l'homme se fait plus sombre, la lueur malsaine s'intensifie. Son attitude discrète mais manifeste de soldat aguerri est toujours nettement présente, mais s'y surimpose une sombre excitation, une soif étrange. Un frémissement. Le même frémissement qui semble courir dans le sang de tous ses hommes. Et sa voix devient elle aussi plus rauque, plus sourde.

- Ca dépend comment tu tombes évidemment. Y'en a chez nous qui n'enseignent que par la pratique. T'es toujours sûr que tu veux apprendre ?

_________________
avatar
La Chèvre Noire
Admin

Messages : 114

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un émissaire venu de loin

Message  Urswyck le Jeu 8 Nov - 10:35

- Un peu tard pour s'en assurer.

La voix qui sort de l'ombre est très différente des précédentes. Une voix claire et courtoise, cultivée. Douce comme la soie. Le jeune messager réapparaît et se pousse de côté, plaquant à la muraille ses hardes et son corps efflanqué. A sa suite sort de la pénombre de l'arche un elfe qui marche d'un pas lent, dont la nonchalance ne peut qu'être précisément étudiée. Il est grand, très mince, le visage étroit creusé d'ombres profondes. Son teint est si pâle qu'il en est presque blafard, impression renforcée par la chevelure blanche qui lui tombe sur les épaules. Sa mise est soignée, raffinée même à côté de celle des hommes qui l'entourent. Du velours, des dentelles, une coupe ajustée qui souligne sa minceur. Et sur les étoffes précieuses et les peaux souples, de l'acier.

Il ne porte qu'un long poignard à la hanche. L'une de ses mains longues et élégantes balance une canne de bois ouvragé. Halo imperceptible. Magie. L'arme de ce combattant-là n'est pas de métal. Sa force n'est pas dans ses bras. Derrière lui, plusieurs hommes attendent sous l'arche de la grande porte. Une escorte, pour lui, pour l'orc. Comme il fait halte à proximité du vétéran, le nouvel arrivant lève brièvement une main. Un homme se détache du groupe avec empressement et lui chuchote à l'oreille quelques mots rapides, sans quitter l'orc des yeux. Un sourire asymétrique relève les lèvres minces de l'elfe, et sa voix doucereuse s'élève à nouveau.

- Oh... un curieux. Voilà qui est suffisamment rare pour qu'on y prête pleine et entière attention. Tu l'ignores peut-être, visiteur, mais c'est un motif que personne ne nous a encore présenté avant toi. Je crois notre Lord va adorer te rencontrer.

Il se tourne à demi vers le jeune félys, et lui adresse quelques mots dans une langue inconnue, aux accents chantants, exotiques. Le nom de "Varshé" passe dans les instructions transmises au messager. L'autre répond brièvement dans la même langue, et file à nouveau vers les entrailles de la forteresse. Puis l'elfe fait à nouveau face à l'orc.

- Puisque tu veux faire notre connaissance, le mieux serait que nous te fassions visiter les lieux. Je suis Urswyck. Loyal Urswyck, comme on m'appelle parfois. Puis-je savoir qui nous avons l'honneur d'intéresser à ce point ?

S'inclinant avec une parcimonie pleine de distinction, le lieutenant fixe l'orc, et attend sa réponse.
avatar
Urswyck

Messages : 98

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un émissaire venu de loin

Message  xehlrox le Jeu 8 Nov - 11:15

Pour sûr, on avait changé de registre. Ce qui n'était qu'une armée de mâles en manque d'action était devenu tout autre.

Urswyck.

Ca ne sonnait pas comme un nom de guerrier, et l'allure de ce dernier ne laissait en rien penser qu'il pouvait être dangereux, pas au premier abord en tout cas.

Et pourtant, il y avait dans cette politesse et cette rigueur une ombre pesante. Un sentiment étrange, perceptible, mais sur lequel Xehlrox ne pouvait vraiment mettre de nom. Il ne pouvait imaginer comment cet individu pouvait être dangereux. Et pourtant, il le redoutait plus que les couards qui hantaient les murailles.

Et pour preuve, les gardes n'avaient objecté en aucun point.

Xehlrox. Orc comme tes yeux peuvent le voir et tes oreilles l'entendre.
Il serait vain de me répandre en politesses diverses qui seraient sans doute futiles, bien que j'apprécie l'invitation et la promptitude de ta venue, Urswyck. Je suis prêt à te suivre, et à voir ce que tu peux me montrer.

Amène moi vers celui qui te commande.


En soit, Xehlrox était assuré de ce qu'il demandait. Mais la vue de cet individu si différent de ce qu'il connaissait ne le rassurait pas.
Pour al première fois, il se demanda si, au fond, il souhaitait vraiment trouver des réponses dans ses questions.

Il s'avança, laissant le bruit de ses pas rebondir contre les murailles et ses perdre dans les plaines.

Inconsciemment, il resserra le manche de sa hache, seul objet familier et rassurant qu'il aurait dorénavant pour l'accompagner.

_________________
avatar
xehlrox

Messages : 31

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un émissaire venu de loin

Message  Urswyck le Sam 10 Nov - 8:02

Les paroles de l'orc sont rudes, mais elles reflètent l'autorité qu'il s'attend de toute évidence à exercer sur les autres. Un chef, c'est manifeste. Et quelqu'un qui aime aller droit au but, sans fioritures inutiles. L'elfe au teint pâle conserve son sourire en coin, et seul un haussement de sourcil appréciateur manifeste sa réaction aux paroles de Xehlrox. Veloutée, sa voix retentit à nouveau. On dirait, par certains accents, le ronron satisfait d'un grand chat.

- Fort bien. Xehlrox, donc. A présent que nous ne sommes plus des inconnus l'un pour l'autre, quelques précisions.

C'est là que la dureté apparaît dans la voix de l'elfe, et dans son regard qui prend soudain une intensité presque tranchante. Ses yeux sont aussi pâles que le reste de son être, délavés. Dérangeants.

- Premièrement, ne me donne pas d'ordres. Je ne reconnais qu'une seule autorité, et ce n'est pas la tienne. Je te conduirai, certes, vers celui qui me commande. Parce que sont ses directives. Et non parce que ce sont les tiennes.

Le sourire soudain, plein d'une cordialité incongrue, éclaire son visage comme un rayon de soleil inattendu à travers des nuées d'orage.

- Deuxièmement, je te prierai de confier cette arme à Jollwyk. Il en prendra soin pour toi, n'est-ce pas, Joll ?

Un regard de côté fait avancer le jeune félys. Il approche, l'oeil luisant et la mine obséquieuse, avec un sourire engageant sur sa face féline, et un reflet fiévreux dans ses yeux d'ambre.

- ... il en répondra d'ailleurs sur sa propre vie...

Les paroles nonchalantes de l'elfe font se figer le félys, juste un instant. Courbette, lissage des poils de l'échine qui s'étaient hérissés par mégarde.

- Bien sur... sur ma vie, oui... je veillerai sur elle, messire l'orc, je la garderai pour vous, juste là...

Le "là", c'est les murailles qu'il désigne d'un mouvement de ses longs cils.

- Vous pourrez la reprendre en passant, sur le chemin du retour... Je vous attendrai... Soyez tranquille...

Il tend les mains.
Le regard du félys est innocent, celui de l'elfe est presque impénétrable, mais on y décèle une lueur sombre d'amusement. Les hommes d'armes, eux, se tiennent cois, figés, immobiles.
Tous, ils attendent.
avatar
Urswyck

Messages : 98

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un émissaire venu de loin

Message  xehlrox le Dim 11 Nov - 1:21

Un ordre?

L'orc sourit

Mais il n'y a aucun ordre dans ce que je te dis, Urswyck.
Toi et moi savons que je ne suis pas venu pour toi, et tu sais aussi que celui qui te commande est suffisamment curieux pour te demander de me mener à lui.
Sinon je serais déjà mort, j'imagine.

J'espère que tu ne t'attends pas à ce que je me répande en politesses diverses lorsque je te demande quelque chose, car cela ne fait pas partie de mes attributions. Je suis un orc d'action, pas un orc de palabres. Je suis venu voir ton clan, ton chef, et tu es venu me guider à lui.
Qu'y a-t-il d'impoli à te demander de le faire, puisque cela nous sied à tous les deux.


L'orc tendit sa hache, avec une moue dédaigneuse, sentant une nudité partielle tandis que le félys s'approchait de son arme.
Il la garda un instant au creux de sa main, sentant le cuir revêtant le manche, comme un prolongement de son bras.
Oui, on lui arrachait plus qu'un simple objet. Mais il était prêt à cette concession, il était venu chercher bien plus.

Bien, maintenant que tu es sûr que je ne pourrais écraser ta tête blafarde avec ma hache, quelle est la suite des festivités?

Un jeu s'instaurait peu à peu entre les personnages. Tous deux étaient amusés de cette situation, à la fois terriblement effrayante, mais gagnant en intensité. Xehlrox était convaincu qu'Urswyck ne pourrait rien lui faire, trop attaché aux ordres que l'on avait dû lui donner.
En contrepartie, Urswyck devait être impatient de voir comment les choses allaient se dérouler.

Nulle raison donc d'attendre davantage devant les remparts, ils passèrent tous les deux la grande porte de pierre.

_________________
avatar
xehlrox

Messages : 31

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un émissaire venu de loin

Message  Urswyck le Dim 11 Nov - 9:43

L'elfe laisse s'exprimer son vis-à-vis, l'expression attentive, aimable et courtoise. Quelques mouvements de tête viennent saluer certaines paroles, et il ne se départ pas de son flegme apparent, malgré la brutalité qui transparaît dans le discours de l'orc. Sans marquer accord ni désaccord, il attend poliment que Xehlrox ait réagi à ses propres mots, ceux qui étaient destinés, somme toute, à le faire réagir.

Il observe le changement de mains de la redoutable hache, et la courbe du dos du félys, surpris par son poids. Le sourire neutre qu'il arbore se creuse légèrement d'un côté, et un reflet indéfinissable passe dans son regard. La voix bourrue du propriétaire de l'arme rappelle son attention, et le sourire devient un rire bref, élégant, à première vue totalement incongru à la suite de l'insulte. Mais Urswyck a de quoi se sentir ravi.

Tu détestes ça, n'est-ce pas ? Même si tu devais t'y attendre, tu détestes ça. Voilà qui est délectable...

- Bien, je vois que nous nous comprenons à merveille. Ma tête restera intacte, et toi tu éviteras la ressemblance malencontreuse avec une cible d'entraînement en fin de séance. Tout est au mieux, donc.

L'elfe fait un pas en arrière et invite Xehlrox à avancer à ses côtés d'un geste plein d'une élégance affectée et railleuse. Les hommes se réorganisent en deux groupes, l'un qui les précédera, l'autre qui les suivra. Une douzaine de gardes en tout, à l'apparence et à l'armement hétéroclite. Deux trolls, un orc, deux centaures, quelques humains, un elfe et un félys. Des masses d'arme, hallebardes lourdes, épées bâtardes, cimeterres, plus toute la panoplie des armes de jets, de la flèche à pointe noire trahissant le poison au carreau barbelé.

- Par ici, noble visiteur. Lord Varshé devrait avoir reçu mon messager, nous saurons d'ici peu s'il est effectivement impatient de te rencontrer, ce dont je ne doute pas. Au cas où il serait pris par des affaires plus pressantes, je me ferai une joie de te faire découvrir... ma foi...

Le sourire de l'elfe prend à nouveau ce pli asymétrique, plein d'amusement malsain, d'impatience sombre. Il a un rire bas, très différent de celui qu'il a eu en entendant l'orc commenter sa pâleur. C'est à nouveau un son bas, un peu rauque, vaguement alarmant. Un fauve qui joue avec une proie. Il poursuit, et l'ombre d'un accent exotique affleure dans sa voix plus grave, moins maîtrisée.

- ... ce que tu es venu apprendre. Qui nous sommes. Pourquoi nous inspirons la peur.

Ils marchent, et les ténèbres de la porte les engloutissent.


(La suite...)
avatar
Urswyck

Messages : 98

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un émissaire venu de loin

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum